Accueil > Documentation > Articles > Paul Raboutet

Paul Raboutet

Biographie du président fondateur de la Société de Amis du Vieux Blaye.

Par Madame Françoise CAZAUVIELH, Vice-Présidente des "Amis du vieux Blaye", fille de Paul Raboutet.

Paul Raboutet est né à Blaye le 10 avril 1902, issu d’une vieille famille blayaise.

Tout jeune, il se sent attiré par le journalisme. Il entre d’abord à « L’Illustration »,
puis à l’agence parisienne de « La Petite Gironde » dont en 1933 il devient le rédacteur parlementaire. A la Libération il occupe le poste de secrétaire de la Rédaction du journal
« Sud Ouest » où il restera jusqu’à sa retraite en 1967.

Ayant le goût des choses du passé et très attaché à sa ville natale, il va se battre pendant trente ans, jusqu’à sa mort (26 octobre 1968) pour la conservation et la mise en valeur de la citadelle deBlaye .

Conservation du patrimoine

- 12 décembre 1936 : Il publie dans l’Illustration un article dénonçant la démolition d’une partie de la citadelle , article grâce auquel le ministre ordonne l’arrêt immédiat de cette démolition .

- 27 août 1937 : Il obtient, par ses nombreuses démarches, le classement de la citadelle dans la liste n°1 des Monuments Historiques .

- Février 1938 : Il fonde la « Société des Amis du Vieux Blaye » dont le but est de défendre, restaurer et mettre en valeur la citadelle. Il en restera le Président jusqu’à son décès.

- Avril 1954 : Alors que les Domaines mettent en vente la citadelle, il se bat pour la faire acheter par la ville et réussit grâce à sa pression continuelle. Une convention est alors signée avec la ville qui délègue à la SAVB la gestion de la citadelle sur les plans historique et artistique.

Mise en valeur du patrimoine

Dès la guerre finie, la SAVB s’est attaquée au défrichage des ruines du Château des Rudel, alors impénétrables, pour utiliser ce cadre de légende et d’histoire comme fond de décor du Théâtre de la Nature de la Citadelle inauguré en 1947 avec la représentation du Cid dont les rôlesprincipaux étaient tenus par des sociétaires de La Comédie Française. Ce fut un véritable triomphe !

Cette première fut renouvelée par la SAVB pendant 12 ans . Mention particulière pour Hamlet ,en 1953, qui eut lieu le soir avec pour la première fois l’illumination générale de la citadelle. Ces spectacles étaient d’une qualité telle que la ville de Blaye figurait dans le classement des Festivals de France.

- Mai 1949 : Fondation du Musée d’Histoire et d’Art du Pays Blayais, aménagé dans le Pavillon de la Place. Paul Raboutet fut le conservateur de ce musée classé et contrôlé par la direction des Musées de France et on lui doit plusieurs expositions du plus haut intérêt, en particulier : 1949« Rétrospective Marie-Caroline » où dans la maison habitée par la Duchesse du Berry pendant sa captivité à Blaye (1832/1833) furent présentées , pour la première fois au public,les pièces les plus belles et les plus rares de la collection Jeanvrot (aujourd’hui au Musée des Arts Décoratifs de Bordeaux ).

- 1950 : « Blaye vue du ciel », premier reportage photographique aérien sur la citadelle et la ville.

- 1951 : « Le Château et la Citadelle de Blaye » où fut présentée une maquette reconstituant au 1/50ème le château des Rudel tel qu’il était au Moyen-Age et une série de plans anciens et d’estampes du Château et de la Citadelle.

- 1966 : « Pélerins et Chemins de St Jacques du X ème siècle à nos jours » présentée dans la chapelle des Minimes inaugurée par le préfet d’Aquitaine. Exposition où furent présentés des statues en bois polychrome de St Jacques, des objets, des manuscrits prêtés par les Archives de France, de la Gironde et de Bordeaux , les Musées des Beaux Arts et des Arts Décoratifs de Bordeaux .

De très nombreuses visites commentées de la citadelle furent organisées ainsi que de très intéressantes conférences.

En outre ,avec la SAVB, il s’est attaché à faire revivre le passé de la ville de Blaye :

- en ressuscitant en 1949, pour le tricentenaire de leur création les « Praslines de Blaye » créées en cette ville le 14 décembre 1649 par le Maréchal du Plessis-Praslin.

- en faisant apposer des plaques commémoratives, en particulier :

  • sur l’Hôtel des Postes, édifié sur l’emplacement de l’abbaye de St Sauveur construite en 1080
  • sur l’Hôpital de Blaye fondé en 1257 par Jaufré Rudel V.
  • sur la maison habitée par le Duc de Saint-Simon, gouverneur de Blaye.
  • sur le Pavillon de la Place dans la citadelle
  • sur la maison habitée par le poète André Lafon
  • sur la maison natale du poète chansonnier Roger Toziny.

- en faisant attribuer par le Conseil Municipal, à des rues de la ville, le nom de personnalités qui ont illustré la cité , en particulier :

  • rue Roland, comte de Blaye , héros de Ronceveaux
  • rue Jaufré Rudel, troubadour blayais
  • rue Du Plessis-Praslin, créateur des praslines
  • cours Vauban ,bâtisseur de la citadelle
  • avenue Hausmann, sous préfet de Blaye de 1841à 1848
  • rue Abbé Bellemer, rue André Lafon, rue André Lamandé.

Restauration du patrimoine

Elle fut menée parallèlement au rayonnement culturel de Blaye et au développement du tourisme dans cette région.

C’est grâce à l’initiative de la SAVB que, de 1955 à 1968, 13 chantiers de Concordia (chantier international de travail pour les jeunes) ont permis que la cour intérieure du Château des Rudel a été déblayée et nivelée ainsi que les salles de l’Hôpital de siège et que le mur d’enceinte du vieux Blaye. a été dégagé .

En 1954, restauration de la chapelle et du cloître du couvent des Minimes. Une galerie de peinture y est aménagée où furent exposés quatre tableaux du peintre blayais Joseph Taillasson (1745 /1809) . La porte Dauphine fut restaurée également.

En 1966 furent aménagées des pièces du rez-de-chaussée et du 1er étage du couvent des Minimes en salles d’exposition permettant de consacrer , uniquement à la Duchesse du Berry, le Pavillon de la Place

Paul Raboutet fut conseiller municipal de 1953 à 1965, date à laquelle il ne fut pas reconduit car on lui reprochait d’avoir « une trop grande sollicitude envers la citadelle…. ».

Par contre son action blayaise fut reconnue sur le plan national :
- Chevalier de la Légion d’Honneur
- Chevalier des Arts et des Lettres
- Lauréat du concours « Chefs d’œuvre en péril » (récompensé pour son initiative et sa ténacité ayant permis le sauvetage et le classement de la citadelle).

Il aimait à dire « ces distinctions, c’est avec Blaye que je les partage »

La SAVB a rendu hommage à sa mémoire par l’apposition d’une plaque sur la façade de la chapelle des Minimes en 1970 et par l’attribution de son nom à une rue menant à la citadelle en 1974.

Il aurait été très heureux de savoir que, depuis son décès, la SAVB, sous l’impulsion
des présidents qui lui ont succédé (dans des conditions souvent très difficiles), aura poursuivi, avec acharnement, son travail, mais il aurait été atterré d’apprendre que le Musée , pour lequel il s’était donné tant de mal , avait disparu .

L’actuel président de la SAVB, Mr Olivier Caro , qui n’a pas connu mon père , continue dans la même voie, en particulier en organisant chaque année un cycle de conférences et en assurant , avec d’autres membres dévoués ,de nombreuses visites de la citadelle.

Lire aussi : Paul Raboutet




Version imprimable de cet article Version imprimable

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette