Accueil > Documentation > Articles > La forteresse de Vauban

La forteresse de Vauban

par O.Caro

article extrait de "Blaye en un siècle" CD-ROM

Blaye, une ville, un vignoble, une citadelle. C’est l’aspect au XXe siècle de cette cité, démilitarisée en 1936, sous-préfecture de la Gironde, mais dont le passé militaire est omniprésent et écrase le lieu, comme les murailles surplombent la cité.

Dès l’arrivée à Blaye, on se rend vite compte que la construction militaire, du plus bel effet, ne peut qu’être attribuée à Vauban, dernier architecte d’un site guerrier dès avant les Romains et habité depuis cette lointaine époque.

Si l’aspect général de Blaye est marqué sans conteste possible par l’architecture militaire du XVIIe siècle, cette dernière ne fit donc qu’embellir et accroître une bourgade déjà très active, éreintée par les guerres et de multiples sièges et qui nécessitait l’intervention du plus grand constructeur du moment, Vauban, venu à Blaye en inspection en 1685, début de l’édification de la citadelle, telle qu’elle apparaît encore aujourd’hui.

La citadelle de Blaye offre l’apparence d’une vaste enceinte, avec bastions, demi-lunes et chemins couverts, pour défendre la ville tant du côté de la terre que du côté de l’estuaire de la Gironde. Vauban a conçu pour Blaye une enceinte semi-circulaire, flanquée de quatre bastions :

- celui des Cosnes pour renforcer la Tour de l’Eguillette du XVe siècle et la vue sur le fleuve.

- le bastion du Château renforcé d’un cavalier.

- le bastion de Saint Romain, clôturant avec le précédent la sortie sur la ville médiévale qui avait vu passer tant d’hommes illustres.

- le bastion du Port enfin, souvent improprement appelé le bastion des Pères (Minimes), qui fait pendant à celui des Cosnes et surveille le fleuve.

Deux portes monumentales, Royale et Dauphine, sont précédées de deux demi-lunes du même nom ; une troisième demi-lune aux Cosnes, détruite dans les années 1930, renforçait ce dispositif puissant auquel il faut ajouter des douves sèches, comprenant en leur milieu une « cunette » , petit fossé intérieur qui accroissait encore la difficulté à s’approcher du rempart.




Version imprimable de cet article Version imprimable

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette